Nicolas Sarkozy a été en son temps un excellent président et il a montré, lors du récent débat avec ses 6 compétiteurs pour la primaire de la droite et du centre, qu'il connaissait parfaitement la fonction et les dossiers privilégiés de président de la république.

Pour autant, il a durant son mandat trop voulu être "un Français comme les autres", certes avec néanmoins un peu plus d'aisance matérielle que la moyenne.

Le (pseudo-)président normal qui lui a succédé a quant à lui complètement anéanti la fonction qu'il est censé représenter autant par son comportement - cf. l'affaire du scooter et des croissants, la répudiation de Valérie Trierveiller, les confidences dramatiques à des journalistes ... - que par son incapacité à gérer notre pays.

Le débat que nous avons suivi nombreux au cours de la semaine a été clair pour moi ; nous avons le choix entre :

  • un ancien président de la république qui avait dit, au lendemain de son échec, qu'il se retirait de la politique ;
  • deux candidats "pour la forme" - Frédéric Poisson et Jean-François Copé - ;
  • deux excellents candidats pour l'avenir, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Lemaire ;
  • deux hommes d'état, François Fillon et Alain Juppé qui ont su tous deux se monter à la hauteur de la fonction tout au long de ce débat pugnace.

J'ai toujours admiré François Fillon pour son calme et sa détermination non feints ; je salue l'excellence de son projet mais pour autant, c'est à Alain Juppé qu'iront mes suffrages.

Alors, oui, je reprends les termes utilisés par Antoine Veillard, maire centriste de Saint-Julien en Genevois : "pour dire NON une bonne fois pour toute à Nicolas Sarkozy, à la division, à la provocation, aux oukazes dirigistes, à l'excitation, aux compromissions, au dévoiement des règles communes, au copinage, il nous revient à chacun de

voter les 20 et 27 novembre
pour Alain Juppé,
pour le rassemblement,
pour l'union d'un pays tout entier,
pour la sérénité,
pour l'éducation,
pour l'Europe,
pour le bon sens et la raison,
pour la France que nous aimons."

J'indiquerai prochainement la liste des bureaux où les Périgordins du Bergeracois pourront voter afin de donner toutes ses chances à la victoire espérée du maire de Bordeaux qui sait tant mobiliser les jeunes comme nous l'avons encore vu ce matin à Bergerac et à Sarlat.   

WP_20161105_09_39_52_Pro

Adib Benfeddoul, Christophe Rousseau - co-responsables des comités de soutien bergeracois à Alain Juppé - accompagnés par Josie Bayle, conseiller régional PR accueillent Alain Juppé au café "Le Riche" à Bergerac pour parler chasse et ruralité en présence d'Hervé Mariton, député de la Drôme et ancien ministre.

WP_20161105_09_34_38_Pro WP_20161105_10_14_21_Pro

Thierry Boidé - maire de Saint-Géraud des Corps, président de la communauté de communes Montaigne - Montravel et Gurson, conseiller départemental - prend la parole pour parler ruralité et est applaudi par la salle en réclamant une stabilisation des règlementations envers les collectivités territoriales et surtout le retour du bon sens en politique.

C'est ensuite à Sarlat qu'est accueilli Alain Juppé par Jean-Jacques de Peretti - maire, président de la communauté de communes Sarlat-Périgord noir, ancien député - toujours en présence d'Hervé Mariton et Adib Benfeddoul.

Hervé Mariton et Adib Benfeddoul sont toujours là en soutien. Parole et donnée à Isabelle Hyvoz - conseiller municipal de Thiviers, vice-président de la Communauté de Communes du Pays Thibérien, président de l'Office de Tourisme gourmand du pays thibérien, président de l'Union Départementale des Offices de Tourisme et Syndicats d'initiatives (UDOTSI 24) - qui intervient pour parler ruralité et particulièrement de la 3è circonscription de la Dordogne, le Périgord vert dont elle assure qu'il n'y a pas plus rural que ce territoire. Elle appelle de tous ses voeux Alain Juppé à mettre en place des solutions pour assurer la survie de tels secteurs qui sont porteurs d'avenir.

.WP_20161105_12_30_41_Pro  WP_20161105_12_35_24_Pro

WP_20161105_12_47_28_Pro  WP_20161105_12_58_04_Pro

Bien sûr, Christophe Rousseau, Josie Bayle et Jérôme Peyrat - maire de Laroque Gageac - étaient également présents à cette réunion qui s'est terminée par le chant de la Marseillaise entonné par tous ces jeunes qui accompagnent également la campagne d'Alain Juppé et l'entièreté de la salle, debout.

WP_20161105_13_05_05_Pro

Alons tous voter les 20 et 27 novembre pour donner à Alain Juppé la capacité à remettre la France sur les bons rails.