Figure emblématique du gaullisme, Yves Guéna s'est éteint la nuit dernière et me reviennent alors des souvenirs d'adolescence et de jeunesse.

A partir de 1965 en effet,  Georges Pompidou qui veut apporter du sang neuf aux équipes gaullistes met en place l'opération dite des « Jeunes loups » pour partir à l'assaut de bastions traditionnels de la gauche dans le centre et l'ouest de la France.

En Périgord et en Corrèze, l'industriel Sylvain Floirat lui apporte son soutien avec l'appui, pour Brive, de son ami Edouard Feuillade, compagnon de ma grand-mère. Proche de tous deux et déjà contaminée par le virus de la politique, je suis avec ferveur cette actualité. Jean Charbonnel est alors installé dans un appartement de la rue Ségeral Verninac où je vivrais d'ailleurs plus tard et qui est aujourd'hui la propriété d'un cadre de la Commune de Brive. Elle se reconnaîtra.

Sylvain Florat apporte quant à lui plus particulièrement son soutien à Yves Guéna en Dordogne et c'est ainsi que, petite fille et adolescente, il m'arrivera de croiser ce grand Monsieur avec qui j'échangerai plus tard ces souvenirs de temps à autres en Dordogne en tant qu'élue et membre de l'UMP de la Dordogne.

De ces rencontres publiques me revient une image forte.

y-guena

Dans le cadre de la campagne pour la présidence de l'UMP face à Jean-François Copé, François Fillon était venu rencontrer les militants à Périgueux. Bien évidemment, Yves Guéna était à la table d'honneur.

Il avait fait sourire son auditoire quand il avait osé affirmer - ce qui n'était pas dans l'air du temps ! - que ... élire le président du mouvement gaulliste était une anomalie. Il aurait dû sortir naturellement du lot !!!

Cela eût en effet été mieux et aurait évité la guerre fratricide entre MM. Copé et Fillon et ... peut-être évité le retour de Nicolas Sarkozy !

Une chose est sûre : aujourd'hui la démocratie est vivante, des élections primaires sont prévues pour désigner celui qui portera les couleurs de la droite et, je l'espère, du centre droit en vue de battre et François Hollande, et Marine Le Pen.

M. Yves Guéna, de là-haut, doit être content ... Son voeu est exaucé. Je ne sais pour qui battait son coeur dans cette course politique mais ... il semble bien qu'un des candidats sorte naturellement du lot !